« Mon petit œil voit » et « Je suis un robot » – Jeux de reconnaissance des sons constituant les mots

Le jeu « Mon petit œil voit… », également connu sous le nom de « Je devine… » ou du « Petit œil détective » est une activité très appréciée des jeunes enfants et fondamentale dans l’apprentissage de la lecture, comme indiqué dans l’article ‘Apprendre à lire en maternelle‘. Elle consiste à développer chez l’enfant, sa capacité à identifier les différents sons qui constituent les mots, aptitude que l’on nomme aussi « développement de la conscience phonémique » ou « conscience phonologique ».

Dans cet article, nous allons voir :

Comment jouer à « Mon petit œil voit »?

Étape 0 de préparation : sélectionner 3 objets dont le son du début de chaque mot est très différent de celui des autres

Les objets doivent être sélectionnés avec soin les premières fois, pour que la seule difficulté de l’activité porte sur le son du début des mots. Ci-dessous la liste des critères à prendre en compte pour sélectionner les 3 objets :

  • l’enfant doit bien connaitre le nom des 3 objets
  • les apprécier beaucoup (choisir parmi ses figurines préférées, ses doudous, ses animaux de la ferme, ses voitures/tracteurs, ses poupées, etc.)
  • le premier son de chaque mot doit pouvoir être prolongé, on doit pouvoir insister dessus. Ce peut être :
    • une voyelle : a, e, é, i, o, u
    • une consonne longue : f, l, j, m, n, s, z, r, v
    • ou un digramme : ch, ou, an, in, on, ai
  • les premières fois, le premier son de chaque mot doit être très contrasté par rapport au premier son des autres mots. Par exemples, ne pas mettre ensemble fusée et voiture, les sons f/v étant assez proches ; de même, ne pas mettre ensemble ch/j, n/m, z/s ; de même éviter de prendre é/ai qui peuvent être prononcés de façon assez proche suivant l’accent de la région.
  • les premières fois, le premier son de chacun des 3 mots choisis ne doit pas être présent dans les 2 autres objets, pour éviter toute difficulté supplémentaire. Par exemple, ne pas prendre « ananas » avec « valise ».

La première fois que j’ai présenté ce jeu à mon fils, qui adorait ses d’animaux, j’avais pris : le serpent, le lapin, le chameau. 

Étape 1 : indiquer le nom de chacun des objets en insistant sur le premier son, puis jouer à deviner lequel commence par tel ou tel son

« Je te propose de jouer à un nouveau jeu aujourd’hui. Regarde, je place le chhhhhhameau au centre, le sssserpent à gauche et le llllllapin à droite.

Mon petit œil voit un animal dont le nom commence par le son ‘ssssssss’. Et toi, tu le vois ? Peux-tu me le donner ? »

NB : si l’enfant semble ne pas y arriver, on pourra l’aider :

  • en l’invitant à s’intéresser au mouvement des lèvres lorsque l’on prononce les sons ; cela lui permettra de faire intervenir le sens de la vue en plus de l’ouïe dans l’apprentissage des sons (et ensuite de le vivre, lorsqu’il répète le son).
  • en utilisant les gestes de la méthode Borel-Maisonny (méthode phonético-gestuelle) où à chaque son est associé un geste, à chaque fois que l’on prononce le nom des objets et le premier son de l’objet que l’enfant doit chercher. L’association de ces gestes au son des lettres est une vraie aide, pour certains enfants, dans l’apprentissage de la discrimination des sons. Ils permettent de mettre en action physiquement l’enfant et de solliciter le sens kinesthésique en plus du sens auditif. La recherche scientifique, nous transmet que comme chaque enfant apprend différemment, le fait de multiplier les différentes approches sensorielles dans les apprentissages permet d’optimiser nos chances d’arriver à l’objectif escompté avec le minimum de difficulté.

Étape 2 : aider l’enfant à s’auto-corriger

  • « Tu m’as donné le sssserpent, est-ce que ça commence bien par le son ‘ssss’ ? Oui, on entend bien ‘ssss’ au début de serpent. »
  • « Tu m’as donné le lllllapin, est-ce que ça commence par le son ‘ssss’ ? »
    • Généralement, l’enfant se rend compte que lapin ne commence pas par le son ‘s’. Du coup, on repose le lapin, on lui redemande de nous donner l’animal dont le nom commence par le son ‘sssssss’.
    • Si l’enfant ne se rend vraiment pas compte que lllllapin ne commence pas par le son ‘ssss’, on peut lui dire : « Moi dans llllapin, le premier son que j’entends c’est ‘llll’. Est-ce que ‘llll’ et ‘sss’ c’est le même son ? » On pourra refaire une ou deux tentatives mais si l’enfant n’y arrive toujours pas, c’est qu’il n’est pas prêt. Mieux vaut attendre un peu pour ressayer l’activité (quelques semaines ou quelques mois, ou l’entrée dans une phase de la période sensible du langage).

Étape 3 : avec les mêmes 3 objets, demander à l’enfant de trouver, tour à tour les 2 autres objets, en lui indiquant le premier son de leurs noms

Reposer les 3 mêmes objets devant l’enfant, toujours dans le même ordre (le chameau au centre, le serpent à gauche, le lapin à droite).

« Maintenant mon petit œil voit un animal dont le nom commence par ‘llll », peux-tu me le donner ? » De la même façon, aider l’enfant à s’auto-corriger et à choisir un autre animal s’il a fait une erreur.

Après avoir reposé les 3 animaux devant l’enfant, toujours dans le même ordre, lui demander de nous donner l’animal dont le nom commence par le son ‘chhhh’. Aider l’enfant à s’auto-corriger.

Si l’enfant parait encore très motivé, on pourra continuer le jeu :

  • en redemandant à l’enfant de trouver les animaux correspondant aux sons de début de mot sur lesquels il avait buté (en conservant les 3 mêmes animaux) ;
  • si l’enfant n’a eu aucune difficulté, en changeant  1, 2 ou les 3 objets et en reprenant les nouvelles recherches.

Revenir au sommaire de l’article

Comment complexifier progressivement le jeu ? Quelle progression suivre ?

La progression présentée ci-après qui a pour objectif de développer l’aptitude de l’enfant à identifier précisément les différents sons du français (que l’on appelle développement de la conscience phonémique) a été construite de façon à respecter les principes de Maria Montessori, qui recommandait que chaque activité présentée à un enfant présente une unique difficulté (ou nouveauté) par rapport à son niveau d’apprentissage au moment de la présentation. En effet, elle avait constaté qu’en plus de maximiser les chances que l’enfant surmonte cette difficulté, cela avait un impact positif sur sa motivation et le développement de confiance en lui et, à l’inverse, cela évitait qu’il décroche face à un obstacle trop haut à franchir entrainant une mauvaise estime de soi et, parfois, des dérives comportementales. 

Pour que le développement de la perception des sons constituant les mots, au travers du jeu « Mon petit œil voit », reste un jeu et un moment de plaisir parent-enfant, je préconise de suivre les 3 conseils ci-dessous.

On s’assurera toujours de faire durer le jeu sur un temps très court (quelques minutes) afin de ne pas lasser l’enfant.

On reprendra ce jeu très régulièrement au début (si possible quotidiennement)  pour faciliter l’acquisition de l’identification des sons constituant les mots et que l’enfant se rende compte de ses progrès.

Toujours avec le même objectif de ne pas lasser, on veillera à varier les types d’objets sur lesquels on étudie les sons et les moments où on réalise l’activité. Par exemples, à table on pourra prendre les ustensiles de cuisine, en promenade les trésors dénichés dans la forêt, dans le bain les jouets qui sont dans l’eau, les prénoms des personnes de la famille, les personnages des alphas, etc.

A chaque fois que l’on rejouera au jeu « Mon petit œil voit », on continuera de sélectionner seulement 3 objets ; au-delà l’activité risque de devenir trop longue et de lasser. On pourra utiliser des images, si on n’a pas d’objet correspondant au son que l’on souhaite étudier, mais il vaut mieux le plus possible utiliser des objets 3D qui ne rajoute pas la difficulté d’abstraction introduite par les images.

NB : la liste de l’ensemble des sons de la langue française et de la représentation écrite la plus fréquente est donnée dans le tableau des correspondances lettre – son (correspondance grapho-phonologique) de l’article sur les grands principes de l’apprentissage de la lecture.

Pour complexifier le jeu progressivement, afin de développer la précision de l’identification des sons constituant les mots chez l’enfant, on sélectionnera 3 objets qui permettent :

  • de continuer à travailler sur le son de début des mots :
    • en introduisant les consonnes courtes : b, p, c, g, t, d (dans un premier temps, on ne mettra pas ensemble les sons proches b/p, c/g et t/d)
    • en prenant des sons au début de mot que l’on entend dans un autre mot mais pas au début – Exemple : abeille, papa, macaroni
    • en se focalisant sur les sons proches : les longs f/v, ch/j, s/z, n/m puis les courts b/p, c/g et t/d  – Exemples : chat, jument, serpent ou fourchette, couteau, vase
    • en se focalisant sur le son des 2 premières lettres – Exemples : soleil/sapin/citron  « Je vois quelque chose qui commence par le son ‘s’, peux-tu me le donner ? Oups, mais lequel prendre ? Je veux quelque chose qui commence par ‘sssoooo' »
    • de se focaliser sur le son ‘oi’, où on entend ‘oua’ ; cependant ce n’est qu’au passage à l’écrit que cette association de 2 sons entendus représentée par un seul digramme ‘oi’ devra être pointé du doigt
  • de se focaliser sur le son de fin des mots – Exemple : vélo, canari, clé  « Je vois quelque chose qui se termine par le son ‘ooo’, peux-tu me le donner ? ». On pourra également jouer avec les rimes et introduire les sons ‘eil’, ‘ail’, ‘euil’, ‘ille’, ‘ouille’, etc. – Exemples : bateau/gâteau/râteau/chapiteau ou serpent/jument/volant ou grenouille/citrouille/fenouil « Peux-tu me donner 2 objets dont les noms riment ? »
  • de se focaliser sur un son au milieu des mots – Exemple : mur, sac, porte  « Peux-tu me donner un objet où dans lequel on entend le son ‘aaa’ ? »
  • de faire évoluer les règles du jeu, en demandant à l’enfant de trouver l’objet dont on prononce le nom en donnant TOUS les sons successifs qui le composent et en prolongeant chaque son ; cela permet d’amener en douceur le jeu « Je suis un robot » – Exemple : « Peux-tu me donner le rrh-ii-n-oo-cc-éé-rr-oo-ss

 

Il n’est pas nécessaire d’avoir travaillé tous les sons sur des débuts de mot pour continuer dans la progression et passer à l’identification des sons en fin de mot ou en milieu de mots. On peut avancer dans la progression dès que l’enfant est à l’aise, au bout de quelques séances de jeu si l’enfant n’a pas rencontré de difficulté particulière. Cela permet de conserver la motivation de l’enfant qui se voit progresser et aussi de travailler certains sons, tels que le ‘e’ très difficile à trouver en début de mot, sur des mots courts tel que feu et nœud.

D’un point de vue organisationnel, si on veut accéder rapidement à des objets correspondant à des sons spécifiques il est possible :

  • de se construire une boite des sons (type boite à vis en magasin de bricolage) où on range dans chaque petit casier les objets commençant par un son donné (on peut également regrouper 2/3 sons par casier pour gagner de la place) ;
  • ou de placer tous les objets dans corbeille, et de placer à côté la liste/photo des objets triés en fonction du son du début des mots (ou du son en fin des mots ou du son contenu dans le mot).

Enfin pour vous donner des idées d’objets pour chaque son, vous pouvez trouver des listes sur le forum du site de Céline Alvarez.

Revenir au sommaire de l’article

Ce jeu peut être commencé dès 3 ans

Les instituteurs qui suivent les « lois naturelles de l’enfant » telles que proposées par Céline Alvarez, propose le jeu « Mon petit œil voit » dès la Petite Section, soit environ aux 3 ans de l’enfant. De leurs observations (voir le sujet du forum « Manque d’élan » et en particulier les commentaires de coccinelle et greg_ber), ils constatent que les enfants apportent beaucoup d’intérêt à cet apprentissage en Petite et Moyenne Section et Moyenne Section, soit entre 3 et 4 ans. Et il semble que lorsque cette est réalisée en Grande Section, soit au 5 ans de l’enfant, sans avoir été  aborder auparavant, la motivation des enfants soit moindre et qu’elle nécessite plus d’efforts de leur part. A 5ans, la période sensible semble avoir déjà cessée pour un certain nombre d’enfants.

De mon expérience, j’ai proposé ce jeu à mon second fils qui adorait les alphas dès 2 ans et il a tout de suite accroché. Il était en pleine période sensible et aussi très attiré de faire comme son frère qui était en Grande Section. Il a progressé beaucoup plus lentement bien sûr, mais cela confirme que même a 2 ans, si l’enfant est appétant et demandeur ce jeu peut être proposé et rencontrer un réel succès. Pour information, mon second fils qui a aujourd’hui 4 ans 1/2, n’accorde plus d’intérêt pour la lecture depuis plusieurs mois ; il a été satisfait d’arriver à lire de petits mots de 3 lettres et il s’est maintenant tourné vers d’autres centres d’intérêt. Sa période sensible du langage/lecture s’est arrêtée ; elle reviendra surement un peu plus tard !

 

L’activité des » boites à sons » Montessori est intéressante pour développer le sens auditif de l’enfant et l’aider à maitriser plus rapidement le jeu « Mon petit œil voit ».

Si on en a le temps et l’opportunité, une activité préalable au jeu « Mon petit œil voit » très intéressante pour développer le sens auditif du très jeune enfant est la « boite à sons » ou « boites à bruits » Montessori. Au préalable, pour habituer l’oreille à différencier différentes types de son, on peut jouer à des jeux de discrimination de sons (« boite à sons » Montessori).

Une vidéo d’une présentation de la boite à bruit réalisé par Céline Alvarez dans la section « affiner le sens auditif » de son site.

NB : Pour créer vous-même ces boites à sons, je vous recommande un très bon site : la cour des petits.

Revenir au sommaire de l’article

Prolonger le jeu « Mon petit œil voit » avec le jeu « Je suis un robot »

Le jeu « Mon petit œil voit » a permis à l’enfant d’identifier différents sons dans les mots. Le prolongement de cette activité est donc demander à l’enfant de donner tous les sons d’un mot, dans l’ordre, afin de le préparer à l’étape ultérieure qui consistera à encoder des mots avec l’alphabet mobile.

On lui propose alors à l’enfant de jouer au jeu « Je suis un robot », où on explique qu’il s’agit de parler comme un robot très très lentement en donnant tous les sons d’un mot dans l’ordre, en prolongeant chaque son quand c’est possible (excepté pour les consonnes courtes).

On montrera l’exemple, en commençant par « Jj-ee  pp-aa-rr-ll-ee c-oo-mm-ee  un  rr-oo-b-oo mm-ain-t-ee-nn-an ». Prendre un objet dont le nom est court et le décomposer : « ss-aa–c ». Proposer à l’enfant de faire pareil sur un autre objet avec un nom court.

La progression du jeu « Je suis un robot » que l’on pourra essayer de suivre, en allant plus ou moins vite en fonction de l’aisance de l’enfant et en s’assurant que son attrait pour le jeu est toujours fort, est la suivante :

  • décomposer des mots comportant deux sons : dé, os, lit, riz, toit, fin, vin…
  • décomposer des mots comportant 3 sons sans consonnes consécutives : bol, sel, mer, four, sol, vert…
  • décomposer des mots comportant 3 sons avec des consonnes consécutives (plus difficile à entendre) : clé, drap, blé, pré, bleu…
  • décomposer des mots de 2 syllabes : tapis, table, jaune, vache, taureau, lama, zèbre… Si l’enfant a des difficultés, on sélectionnera les mots sans consonnes consécutives et si nécessaire, avec un maximum de consonnes longues.
  • décomposer des mots de plus en plus longs
Les objectifs du jeu « Mon petit œil voit » sont :
  –   de permettre à l’enfant de reconnaitre tous les sons qui constituent un mot. Il n’a pas pour but de faire travailler tous les sons de la langue française (compétence qui sera travaillé par l’apprentissage du son des lettres, par exemple avec les alphas) et encore moins de faire repérer tous les sons en début/fin/milieu de mots.
  –   de se focaliser sur les sons sur lesquels l’enfant bute, ceux qu’il a du mal à distinguer (cela peut être les consonnes courtes, les sons proches, etc.), les besoins étant spécifiques à chaque enfant.

NB : pour aller plus loin, lire le témoignage très instructif de greg_ber du 3 mars sur le sujet « Manque d’élan » du forum du site de Céline Alvarez, qui indique qu’en fonction de l’aisance de l’enfant dans la perception des sons il adapte fortement le nombre de fois qu’il propose le jeu « Mon petit œil voit » aux enfants.

Revenir au sommaire de l’article

Quelles activités proposer pour poursuivre et quand ?

En parallèle des jeux « Mon petit œil voit » et « Je suis un robot », on peut proposer à l’enfant de découvrir la lettre (ou le groupe de lettres pour « ch », « ou », « on », « an », « in », « ai », « oi », « gn ») associée à chaque son. Pour cela, je recommande d’utiliser par la méthode des alphas, très appréciée des enfants, que je décrirai dans un article à venir. On peut en complément proposer les lettres rugueuses Montessori, qui ont pour objectifs de faire apprendre le tracé des lettres en même temps que leur son.

Enfin, quand l’enfant arrive à décomposer des mots et qu’il connait le son des lettres (une quinzaine suffit), il est possible de lui proposer d‘écrire des mots avec des lettres mobiles ! Une activité où l’enfant peut « voir » le résultat de ses efforts et progrès, très jouissif lors des premières réussites mais pour laquelle il n’est pas toujours évident de faire perdurer cet enthousiasme. Sur le plan pédagogique, cette activité est très riche car elle fait la synthèse de 3 compétences travaillées en amont. Elle demande à l’enfant d’avoir recours à la reconnaissance de chaque son constituant le mot, de trouver la(es) lettre(s) associée à chaque son et enfin de respecter le sens de l’écriture. Un article à venir y sera consacré.

On pourra alors proposer à l’enfant de commencer à lire ! On lui proposera le jeu des « petits messages secrets », une activité très appréciée par les enfants et dont il garde un très bon souvenir en grandissant. J’y consacrerai bientôt un article.

Revenir au sommaire de l’article

Pour approfondir, le vocabulaire « spécialisé »

Un phonème constitue la plus petite unité sonore du langage oral d’une langue. Les phonèmes représentent l’ensemble des sons de la langue française.
Par vulgarisation/simplification, lorsque l’on parle de l’étude des sons constituant les mots en activité de pré-lecture/phonologie, on remplace souvent le terme « phonème » par « son » (même si ce n’est pas tout à fait exact, dans ce contexte cela n’apporte pas d’incohérence et facilite la compréhension).
Exemples de phonèmes de langue la française : les sons produits par les lettres « f », « o » ou « ch ». Les lettres « c », « k » et « q » peuvent être oralisées par le même son, le son que l’on entend au début de « cornichon ».

La phonémique est l’étude des phonèmes ou sons d’une langue. A l’école, on parle de développement de la conscience phonémique ou de la discrimination des sons, pour désigner la capacité des enfants :

  • à identifier avec précision les sons constituant un mot ou une syllabe (par exemples, être capable d’identifier quel est le son au début du mot cheval, à la fin du mot vélo ou contenu dans le mot vis)
  • à bien différencier les sons proches (par exemples, ch/j, f/v, s/z, n/m, c/g, d/t, b/p)
  • à fusionner des sons pour former une syllabe ou un mot.

La conscience phonologie englobe la conscience phonémique et pour chaque son, la/les représentations écrites associées (une lettre ou groupe de lettres). En activité de pré-lecture, on apprendra aux enfants pour chaque son, sa représentation écrite la plus fréquente.

Le graphème est la représentation écrite d’un son (ou phonème). Certains sons de la langue française ont une représentation écrite constituée par plusieurs lettres. Exemples : « ch », « ou », « an », « on », « in », « ai », « oi », « gn », « ail », « eil », « euil », « ille », « ouille ».

Tous les phonèmes de la langue française ont au minimum une représentation écrite associée, mais peuvent également en avoir plusieurs (et c’est une des raisons de la complexité de la langue française). Par exemple le son ‘o’ (comme dans olive) peut s’écrire avec les graphèmes « o », « au » ou « eau », comme dans loto, aussi, beau.

A l’inverse, un graphème peut avoir plusieurs phonèmes associés (une autre complexité de la langue française). Par exemple, la lettre ‘o’ peut se prononcer « o fermé » comme dans olive ou un « o ouvert » comme dans bol, folle.

Enfin, concernant le jeu « Je suis un robot », on dira qu’il permet de travailler l’aptitude à segmenter ou décomposer un mot en sons unitaires (phonème).

Pour conclure, à l’école on parle souvent de développement de la conscience phonologique (ou d’activités de phonologie), pour désigner toutes les activités de pré-lecture qui consistent à identifier :

  • les « sons » constituant un mot (tous ou seulement quelques-uns),
  • la représentation écrite principale associée à chacun de ces sons
  • et la fusion des sons qui constituent les syllabes/mots (« ff – oo » fait « fo »).

NB : vous pouvez retrouver toutes ces définitions et d’autres dans le glossaire des termes utilisés sur ce site ou sur la page dédiée aux définitions concernant la lecture.

Revenir au sommaire de l’article

Merci d’avoir lu cet article.

Pour aller plus loin, rejoignez les abonnés à la newsletter.

Je déteste les spams : votre adresse e-mail ne sera ni cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez exclusivement des e-mails de Pédagogies Actives. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

Commentez cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.